Autour des Annapurnas 1ère partie : de Besisahar à Chame

Cascade, trek autour des Annapurnas, Népal

Après une séquence shopping express à Katmandou, nous nous embarquons pour le trek autour des Annapurnas. C’est le trek le plus emprunté du Népal, du moins pendant la saison car personne ne s’y risque pendant la mousson (de juin à août), sauf nous et quelques autres cas désespérés ! Nous avons allégé nos sacs au maximum : moins de 10kg dont 2L d’eau chacun.

Momos, raviolis du Népal

Le trek commence à Besisahar (800m d’altitude), petite ville dans laquelle nous arrivons après un trajet de 6h très sportif, coincés à 19 dans un monospace. Après avoir mangé quelques momos (raviolis tibétain) pour nous remettre d’aplomb, commence alors notre 1ère journée de marche.

Bus local, Besisahar, Nepal

Pendant plus d’une heure nous allons à la même vitesse que le bus local tant la route est mauvaise (une vraie piscine de boue par endroits !). Nous avons pour nous guider la meilleure et plus récente carte du marché, malheureusement très imprécise. C’est comme ça que nous atterrissons à Arkhale pour la nuit, dans une “Tea House” : douche naturelle (une cascade sur la route), pas d’électricité, pas de toilettes, mais un toit sur la tête !

Nous avons quitté le royaume des Hommes pour celui de la montagne, comme nous l’explique l’instituteur qui va rejoindre son école (3 jours de marche). Pour toute la semaine qui suivra, il pleuvra la nuit et fera plutôt beau le jour. Une chance en cette période de mousson !

Cascade, trek des Annapurnas, Népal

Les chemins sont très fréquentés, et on croise des marcheurs, des porteurs (qui sont l’image même de surhommes, avec des chargements souvent plus gros qu’eux, et parfois même plus lourd qu’eux!), et les caravanes de mules qui sont le seul moyen de ravitailler les villages.

Caravane de mules, Népal

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Tout au long du trek les prix sont réglementés et fixés dans chaque village par un comité, ce qui les rend un peu chers mais évite les arnaques et permet le développement local. Comme nous sommes hors saison, les chambres nous sont systématiquement offertes car la nourriture représente un gain plus intéressant (4 à 10 fois plus cher qu’en ville, selon la difficulté d’approvisionnement du village).

Route pour Tal, trek autour des Annapurnas, Népal

Champ de cannabis, trek autour des Annapurnas, Népal

Nous passons parmi des petites huttes au milieu des champs de mais à flanc de montagne. Le cannabis pousse comme de la mauvaise herbe dans l’indifférence générale (les champs sont même indiqués sur notre carte !). Les routes sont fréquemment écroulées, saison des pluies oblige, et passent aussi souvent les rivières sur des ponts suspendus minimalistes recouverts de drapeaux de prières.

Cultures en terrase, Népal

Pont avec drapeaux de prière, trek autour des Annapurnas, Népal

Ceux-ci constituent une bonne astuce et viennent du Tibet. Si vous mettez le drapeau au bon endroit, le vent emportera en continu les prières inscrites sur le drapeaux au profit de votre karma. Autre astuce, à l’entrée et à la sortie des villages on trouve des murs de roues à prières : des cylindres de bois ou métal gravés ou peints de prières qu’on fait tourner pour le bien de son âme.

Roues à prière, Népal

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Nous arrivons ainsi à Tal sorte de vallée cachée entre deux parois massives de roche, dans une boucle du fleuve impétueux.
Le lendemain nous somme arrêtés en chemin, le temps que les ouvriers déclenchent les explosions pour creuser une nouvelles route.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Bien qu’à plus de 500 mètres le souffle des explosions nous chatouille les joues. Des blocs de pierres ont été projetés de l’autre côté de la vallée, et un épais nuage de poussière recouvre le fleuve.
La route continue à monter tranquillement, et les choses sérieuses commencent à Danaquil : ça monte en escalier, on traverse des torrent sur rondins glissants, puis passage en forêt. Dans ces contrées isolées, apporter de l’électricité n’est pas une option, les lignes serraient coupées à chaque saison des pluies. Le problème est intelligemment resolu par de nombreuses micro-station hydro électrique qui alimentent donc les TV satellites des habitants.

Champs de millet, trek autour des Annapurnas, Népal

Montagnes dans les nuages, trek autour des Annapurnas, Népal

Le village de Thanchowk est une vision paisible au détour du chemin : il est entièrement construit en pierre de taille, route comprise, et ses terrasses de millet rougeoient dans le soleil déclinant.
Dans l’Himalaya c’est souvent un miracle que la route passe, il en résulte que le tracer est loin d’être parfait, et on redescend généralement ce qu’on vient de monter.

Pour lire la suite…

3 commentaires pour “Autour des Annapurnas 1ère partie : de Besisahar à Chame”

  1. Merci pour ces jolies photos..j’ai reconnu certains drapeaux.. et je vous envoie de la lumière..
    Quelle aventure!!Ouah!!
    Super bisous de Mumcocci!

  2. Hay les loulous !!
    Merci pour ce reportage ! :)
    Est-ce-que les danseurs de rue font aussi pipi toutes les 45 minutes ?
    Est-ce-qu’ils sont beaux les Népalais ?

  3. Les Nepalais sont plutot petit et costaux, hommes et femmes, et en semblent pas etre affecte par la pipi-ite aigue!

Laissez un commentaire


Votre commentaire

*