Georgetown, une bien belle brochure … Méfiez vous!

Vue de Georgetown de Penang Hill, Malaisie

On arrive à Georgetown, sur l’île Penang au nord-ouest de la Malaisie, appâtés par la très belle brochure de l’office du tourisme. Celle-ci nous promet une gastronomie extraordinaire et multiculturelle, moult musées, temples et autres monuments à visiter, les plages et la mer. Nous arrivons donc avec de belles photos en tête et l’eau à la bouche.

La traversée en ferry est assez sympa, et laisse voir l’immense pont de 13 kilomètres qui relie l’île au continent au loin. On est accueillis par des mendiants, les premiers que l’on voit depuis très très longtemps, mais aussi par une chaleur assez étouffante… Nous sommes samedi, aux environs de 15h et toutes les boutiques sont fermées. C’est à peine si nous trouvons de quoi manger dans un petit restaurant de quartier où ils sont en train de remballer les plats qui ont déjà chauffé au soleil pendant des heures.

Georgetown, Malaisie

Rafraîchis et ayant hâte de découvrir cette ville merveilleuses nous nous mettons en quête d’un hôtel. A peine quelques minutes et nous tombons sur un petit hôtel familial tenu par des indiens. C’est basique (toilettes-douche-à-la-turc et ventilo dans la chambre) et pas cher, on prend ! Eh oui on n’en peut plus de la chaleur !
C’est un peu plus tard que l’on découvrira à quel point il est difficile de passer une nuit tranquille ici ! Nos voisins de chambre bavardent dans le couloir jusqu’à 1h du mat, les indiennes papotent dans l’entrée à partir de 6h, un gamin pleure toute la nuit et une folle crie contre son reflet dans le miroir “Leave me alone !!! Stop looking at me in the mirror !!!”. Et Dieu inventa les boules Quies !

Food center, Georgetown, Malaisie

Au niveau culinaire nous essuyons de nombreux échecs et ne trouvons pas les délicieux plats annoncés par la brochure. Que ce soit les brochettes pas fraîches et rassies mangées dans la rue, les “pasembor” (fritures d’on-ne-sait-pas-trop-quoi), le cendol (spaghettis verts à base de farine de petits pois) ou le jus orange pétant au goût écoeurant, nous sommes sacrément déçus… Heureusement le deuxième jour nous découvrons un restaurant indien qui nous réconcilie un peu avec la gastronomie. Il sert un poulet tandoori comme nous n’en avons jamais mangé, tendre, parfumé, un délice !

Food center chinois, Georgetown, Malaisie

Mais parlons d’autre chose ! Avec cette chaleur à ne pas mettre un chat dehors nous essayons de nous réfugier le plus possible dans les endroits climatisés. C’est ainsi que nous faisons la visite du musée de Penang retraçant l’histoire migratoire de la Malaisie et de l’île (très bien).
Une anecdote trouvee dnas les tres nombreux panneaux a lire : lea Britannique avaient cree une radio avec quelques groupes locaux de Malay qui jouaient des chansons populaires de l’epoque, du swing! Ils jouaient tout a l’oreille. Les Japonais en envahissant la Malaisie pendant la 2nd Guerre Mondiale interdirent les chansosn occidentale (immorales), les orchestres trouverent une astuce pour continuer a jouer du swing pendant toute la guerre : la meme musique, mais des paroles en Malay!

Nous apprécions aussi beaucoup le centre commercial “Kompleks Komtar” non pas pour ses nombreuses boutiques mais pour sa fraîcheur !

Et quand il ne fait pas chaud ici, il pleut des cordes ! Notre visite de Penang Hill, la montagne qui surplombe la ville, est vite écourtée par une pluie torrentielle. Nous avons tout juste le temps de prendre quelques photos de la ville nappée dans les nuages gris.

Eglise anglicane, Georgetown, Malaisie

Temple chinois, Georgetown, Malaisie

Ce qui frappe à Georgetown c’est surtout la mixité culturelle. Dans une même rue on peut croiser une église, une mosquée, un temple chinois et un temple hindou ! Mais ne soyez pas naïfs et ne croyez pas à une magnifique symbiose de tout ce petit monde comme le vante la brochure. Les communautés ne se mélangent pas : dans notre hôtel indien il n’y avait que des indiens (à part nous !) et dans le “food center” chinois il n’y avait que des chinois…

jetty clan, Georgetown, Malaisie

Alors vous l’aurez compris : si on vous donne une bien trop jolie brochure… méfiez-vous !

6 commentaires pour “Georgetown, une bien belle brochure … Méfiez vous!”

  1. …Il faut toujours vérifier les dates d’éditions des brochures…!!!Pour les boules Quies il y a pourtant des pharmac(y) qui gèrent toute sorte de silence..!!
    Restez au frais,et pensez à boire de l’eau!!Big big bisous.

  2. @Mumcocci : la brochure datait bien de 2011… :)

  3. Un petit moment musical pour mes globe-trotteurs préférés, avec “Im a walker” de Cascadeur.
    http://www.youtube.com/watch?v=ZlHx-RN3uCE

  4. Pour une fois, ça ne fait pas envie ! Il ne reste au crédit qu’un poulet tandori, c’est mince !UW5B Buvez du bon thé (l’eau est bouillie….). Bises aux Voltigeurs.

  5. @Babo : c’est triste cette chanson… 😉

  6. @ Mamounne : Faut bien qu’on montre un peu l’envers du decor de temps en temps. :)

Laissez un commentaire


Votre commentaire

*